vendredi 13 août 2010

Djenné, de la compagnie Paquet


Djenné de la CNP, deuxième époque (après 1952), il a perdu sa deuxième cheminée. (coll agence Adhémar)

Djenné a été construit en 1930 aux Forges et chantiers de la Méditerranée à La Seyne sur mer (Var). C'est un paquebot mixte de 136,90 mètres et 8 799 tonneaux, pouvant transporter 533 passagers en cabine et 700 en entreponts, plus 4971 tonnes de marchandises. Il était propulsé à 16,5 noeuds par deux groupes de turbines de 8902 ch.
Dès 1931, Djenné et son sister-ship Koutoubia font la ligne Marseille, Tanger, Casablanca.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, Djenné est réquisitionné. Le 18 avril 1940, il appareille de Brest vers la Norvège dans le convoi FP2 avec à son bord la 27e demi-brigade de chasseurs alpins. En septembre 1941, il rapatrie des troupes françaises de Syrie. En février 1943, Djenné est saisi par les Allemands suite aux accords Laval/Kaufmann. Le 17 octobre 1943, il appareille de Marseille pour Oran pour un échange de prisonniers. Le 25 octobre, nouvel échange de prisonniers à Barcelone. Le 10 novembre, il est restitué à l'Etat français avant d'être sabordé par les Allemands le 26 août 1944, à quai dans le port de Marseille. Il sera renfloué le 26 août 1946 et remis en service le 7 août 1948.
Le 1er juin 1952, dans la brume, Djenné aborde le vapeur néerlandais Japara dans le détroit de Gibraltar. A Marseille, sa proue est entièrement refaite et il y perd sa deuxième cheminée.
En 1958, Djenné est de nouveau modifié pour transporter 350 passagers en cabine et 636 en entreponts.
En Septembre 1962, il est transféré à la Compagnie française de navigation et devient Césarée. Ce changement de nom et de compagnie permet à Paquet de contourner le boycott d'Israël organisé par la Ligue arabe. Djenné est retiré du service en 1964. Il est vendu à la ferraille en 1965 à Split (Yougoslavie) et démoli en mai 1966.
Histoire résumée de la Compagnie Paquet
Avec Ancerville, Anfa, Azemmour, Azrou, Chella, Djenné, Doukkala, Koutoubia, Lyautey, Maroc et Medie II, la compagnie Paquet assurait la ligne Marseille, Tanger, Casablanca. Certains bateaux continuaient sur Las Palmas, Santa Cruz de Tenerife, Dakar et même Pointe Noire.
La Compagnie de navigation Nicolas Paquet aîné et Cie fut crée par Nicolas Paquet en 1858. En 1860, il signe un contrat avec l'Espagne pour transporter les troupes qui doivent combattre l'insurrection du Rif. Les lignes commerciales de la compagnie Paquet s'étendent progressivement à tous les ports du Maroc puis aux îles Canaries, au Caucase et à la mer Noire. En 1907, la compagnie transporte les troupes françaises qui vont pacifier le Maroc et poursuit sa ligne sur l'Afrique noire.
En 1913, la société est rebaptisée Compagnie de navigation Paquet (CNP) et possède 15 navires. De 1922 à 1935, elle se concentre progressivement sur la ligne Maroc-Afrique Noire avec six nouveaux bâtiments de ligne. La plupart de ces bateaux furent perdus durant la Seconde Guerre mondiale et les survivants étaient trop anciens. Seuls Djenné et Koutoubia purent être renfloués. Lyautey fut lancé en 1952 pour la desserte du Maroc et du Sénégal.
A partir des années 60, à cause de la concurrence du transport aérien, la Compagnie Paquet réduit le trafic de passagers. Une filiale nouvellement crée, la Compagnie française de navigation, reprend Koutoubia, Djenné et Lyautey qui changent de noms (Phocée, Césarée et Galilée) et exploitent la ligne Marseille Haïfa jusqu'en 1966. 
En 1964, La Compagnie Paquet reprend les cinq derniers paquebots de la Société générale des transports maritimes et crée la Nouvelle compagnie des paquebots. Petit à petit, elle supprime les lignes régulières au profit des croisières. La société disparaît en 1993 dans des concentrations européennes.


Pour plus d'informations sur les navires de la Compagnie Paquet, lire notre blog.