lundi 30 mai 2011

Frégate cuirassée puis vaisseau de haut bord, la longue carrière de La Couronne

La frégate cuirassée La Couronne à son entrée en service

La Couronne transformée, devenue école de canonnage. A comparer avec la photo précédente.
(photos collection Alain V)

La Gloire, première frégate cuirassée, entre en service en 1860. Elle est immédiatement suivie de trois autres identiques dont La Couronne qui est la première frégate cuirassée à coque intégralement construite en fer. Ces frégates ont trois mâts, une seule batterie et sont construites selon les plans de l'ingénieur Dupuy de Lôme. La Couronne est mise en chantier en 1859 à l'arsenal de Lorient. Elle est lancée le 28 avril 1861 et armée le 2 décembre 1862.
C'est une frégate de 6428 t, longue de 80,85 m, large de 16,70 m et de 7,80 m de tirant d'eau. Elle a 1621m2 de voilure, une machine de 950cv lui donne une vitesse de 12,5 nœuds. Elle dispose d'un blindage de 120 mm de plaques en fer forgé. La Couronne est armée de 30 canons de 30 rayés, 26 en batterie et 4 sur les gaillards. Elle à un équipage de 570h.
Après ses essais à Lorient, elle arrive à Cherbourg le 22 juillet 1862. En 1865, elle participe à une revue navale à Marseille, puis accompagne l'empereur Napoléon III dans sa visite en Algérie. En 1870, elle est affectée à la flottille de Paris. Elle croise devant Salonique en mai 1876. En 1877-1978, elle est dans l'escadre d'évolution.
En 1881, La Couronne devient école de canonnage. Elle est alors transformée en vaisseau de haut bord; la cuirasse est enlevée et remplacée par un bordé en bois, on ajoute un spardeck et une dunette, ce qui lui donne l'aspect d'un vaisseau du type Napoléon, on lui donne une mature complète; on supprime deux chaudières, la puissance est ainsi ramenée à 600 cv; l'équipage est porté à 1200h, l'artillerie est également modifiée et est installé en deux batteries superposées.
Le 1er décembre 1908, La Couronne est désarmée. De 1910 à 1932, elle sert de caserne à l'atelier central de la flotte à Toulon. Elle ne sera démolie qu'en 1934 à La Seyne, après une carrière de 72 ans.
Alain