vendredi 25 octobre 2013

Cargos pour le Goulag, le transport maritime des esclaves de Staline vers la Kolyma



Christian Mouquet et les éditions MDV Maîtres du vent sont heureux de vous annoncer la parution de 
Cargos pour le Goulag
Le transport maritime des esclaves de Staline vers la Kolyma 
et le rôle de l’Occident 
Traduction et adaptation du livre de Martin J. Bollinger 
En vingt ans, un million d’esclaves de Staline
furent transportés sur ce qu’Andreï Sakharov appelait
les « bateaux de la mort de la mer d’Okhotsk ».

Voir le blog de ce livre (présentation de Martin J. Bollinger, bibliographie, notes de l'auteur)

De 1932 à 1953, par la volonté de Staline, une flotte de cargos ordinaires fut utilisée pour un service extraordinaire : transporter environ un million de travailleurs forcés vers la Kolyma, région reculée de l’extrême Nord-Est de la Sibérie aux conditions de vie particulièrement difficiles. Elle est, en revanche, l’une des plus riches en minerais dont l’or et l’uranium. Le goulag de la Kolyma, le pire d’URSS, n’était accessible qu’après un long et dangereux voyage par mer.

La zone de la Kolyma (en rouge sur la carte), s’étend le long du fleuve du même nom. Son point d’entrée principal est Magadan et son port de Nagaevo Bay. C’est une ville construite de toutes pièces par les esclaves de Staline pour faciliter l’exploitation minière de la région. La seule façon d’y amener la main-d’oeuvre du Goulag était d’utiliser des cargos depuis Vladivostock puis, à partir des années d’après-guerre de Vanino, près de Sovetskaya Gavan, qui fut construit par des milliers de femmes condamnées à l’enfer blanc pour avoir fréquenter des Allemands… D’autres prisonniers connurent un voyage encore plus long et plus périlleux par la voie maritime du détroit de Béring qui partait de Vladivostok pour rejoindre la Route du Nord sur l’océan Arctique et les ports de Nizhnekolymsk et Ambarchik, à l’embouchure du fleuve Kolyma, autre point d’entrée vers le pire des Goulags… (les ports cités sont en bleu sur la carte) 
Cette déportation massive fut donc aussi une opération maritime dont l’abominable coût humain est ici dressé.
Au-delà de l’histoire de cette flotte du Goulag, l’auteur présente le rôle ambigu des États-Unis qui fournirent bon nombre de ces cargos et en assurèrent l’entretien. Des navires livrés à l’URSS au titre du programme d’assistance militaire Prêt-bail furent détournés pour le transport des esclaves du Goulag. Que savait Washington sur l’usage mortel de ces cargos ? Combien d’esclaves furent transportés et quel fut le coût humain de ces voyages ? Martin J. Bollinger répond à ces questions à partir de témoignages et de documents des archives soviétiques et américaines.

Découvrez une histoire peu connue : le voyage des esclaves de Staline à bord de cargos aménagés en camps de concentration pour un voyage de plusieurs jours vers la Kolyma, la partie la plus rude de la Sibérie. Commander ce livre