mardi 19 février 2013

18 septembre 1740 : Le tour du monde de Lord Anson

Série de timbre émise par la poste de Guernesey pour commémorer le 250e anniversaire du tour du monde de Lord Anson. Le premier timbre montre le troisième lieutenant du HMS Centurion, Philip Saumarez, dont le cahier de voyage découvert en 1974 apporte une lumière nouvelle sur la désastreuse expédition (d'un point de vue humain car la saisie du trésor de Manille fut largement célébrée). Coll agence Adhémar
En 1740, pendant la guerre de l’oreille de Jenkins (pour les Espagnols, Guerra del Asiento, monopole de la traite des Noirs) qui opposa la Grande-Bretagne et l’Espagne de 1739 à 1748, le Commodore George Anson reçut du roi Georges II le commandement d’une escadre, avec la mission d’aller harceler les colonies espagnoles de l’océan Pacifique, et, si possible, de capturer le galion de Manille (le navire régulier entre colonies d'Amérique et Asie qui arrivait chargé d'or et d'argent et repartait comblé d'épices à destination de l'Espagne via le détroit de Tehuantepec et le port de Vera Cruz). Anson passa dans le Pacifique par le cap Horn, remonta le long des côtes de l’Amérique du Sud, puis traversa le Pacifique jusqu’à Macao. Il captura le galion de Manille (c'était cette fois là la Nuestra Señora de Covadonga) près des côtes des Philippines, et revint en Grande-Bretagne (en 1744) par le cap de Bonne-Espérance avec seulement 188 hommes sur les 2000 qui avaient pris la mer.
Les navires de guerre de la flotte de Anson au départ de Portsmouth en 1740.
Les navires à l'arrivée à l'île Santa-Catarina, au sud du Brésil.
Le sloop Tryal passant le cap Horn en 1741 sous le commandement provisoire de Saumarez. Les frégates Severn et Pearle ne parvinrent pas à passer l'épreuve et firent demi-tour. Les autres mirent plus d'un mois, il est vrai que c'était  
Dans les îles Juan Fernandez, en 1741, les rescapés du cap Horn, Tryal et Gloucester, se regroupent petit à petit. Anna viendra plus tard s'échouer sur ces plages (Industry avait abandonné l'expédition à Madères. Le Wager avait fait naufrage peu après le passage.
L’escadre formée à Portsmouth était composée de deux bateaux de transport (pour les apparaux de rechange et les marchandises), Industry et Anna et de six bateaux de guerre (un vaisseau de ligne, quatre frégates et un sloop) : Centurion, navire-amiral, vaisseau de 4 °rang, jaugeant 1 005 tonneaux, 60 bouches à feu, 400 hommes ; Gloucester et Severn, 853 t., 50 canons, 300 hommes ; Pearle, 600 t., 40 canons, 250 hommes ; Wager, 599 t., 24 canons, 120 hommes et Tryal, sloop de 200 t., 8 canons, 70 hommes, destiné aux liaisons rapides et aux eaux peu profondes.