jeudi 31 janvier 2013

Algerian dans les rapides de Lachine sur le Saint-Laurent

Algerian dans les rapides de Lachine sur le Saint-Laurent, près de Montréal, vers 1900.
Algerian, bateau à roues à aubes reconstruit pour la Richelieu and Ontario Navigation Company en 1874 à partir du Bavarian de 1873, lui-même issu du Kingston de 1855C'est l'une des compagnies officiant sur les grands lacs américains. Ce bateau à roues à aubes sera renommé Cornwall en 1904.
En 1865, la Compagnie du Richelieu fait construire, à Sorel, le Québec, un magnifique navire à roues à aubes, puis en 1870 le Montréal, qui conduisent les passagers de Montréal à Québec d'où ils s'embarquent sur d'autres vapeurs comme le Union, le Saguenay, le St-Laurent ou le Clyde qui, en six heures, relient La Malbaie. Ces navires à deux ponts offrent des salons et des cabines spacieuses, luxueusement aménagées. On y mange très bien et on ne se lasse pas d'admirer les beautés du paysage.
À partir de 1875, des croisières sont offertes de Toronto jusqu'au Saguenay grâce à la fusion qui a donné naissance à la Richelieu and Ontario Navigation Company qui devait rapidement acheter la Saguenay Line. Dix-huit navires battent son pavillon. On peut loger dans les hôtels de la compagnie: le luxueux Manoir Richelieu et l'Hôtel Tadoussac, davantage axé sur la famille.
La fusion plus large qui crée la Canada Steamship Lines en 1913 permettra d'offrir, sur les navires de la même compagnie, des croisières depuis le lac Supérieur jusqu'à l'Atlantique. Le produit touristique Saint-Laurent se diversifie et s’élargit, alors que la CSL, sous la gouverne de son président William Coverdale, un supporter enthousiaste de la vocation touristique de la compagnie, réalise des alliances stratégiques avec les compagnies ferroviaires et s'embarque résolument dans l'amélioration de son propre réseau hôtelier.