vendredi 14 décembre 2012

Le Rubis, champion des sous-marins des F.N.F.L.

Le sous-marin mouilleur de mines Rubis en cale sèche en Grande Bretagne. Remarquez sur le ballast tribord les puits de mines ouverts.
Le Rubis appartenant à la tranche navale 1927 est mis sur cale en 1929 à Toulon, lancé le 30 septembre 1931, il est entré en service en 1932. Il appartenait à la classe Saphir composée de sept sous-marins mouilleurs de mines : Saphir, Turquoise, Nautilus, Rubis, Diamant, Perle et Emeraude.
Ses caractéristiques sont:
déplacement: 669 t / 925 t
dimensions: longueur: 66 m; largeur: 7,20 m; tirant d'eau: 4,90 m
puissance: 1 300 cv/1 000 cv; 2 Diesel Vickers-Normand et 2 moteurs électriques; 2 hélices
vitesse: 12n / 9 n
armement: 1 canon de 75 mm; 5 tubes lance-torpilles de 550 mm; 32 mines
mouillage de mines système Normand-Fenaux
équipage: 3 officiers, 37 hommes
Historique:
A la déclaration de guerre le Rubis est à Bizerte en refonte. Il est alors sous le commandement du lieutenant de vaisseau Georges Cabanier, l'enseigne de vaisseau Henri Rousselot en est le second et succédera à Georges Cabanier au commandement du Rubis en mai 1941.
En janvier 1940, le sous-marin Rubis est affecté à Brest. En avril 1940, il rejoint l'Angleterre ou il restera jusqu'en1945.
Le Rubis effectue avant l'armistice de juin 1940 quatre opérations de mouillage de mines sur les côtes norvégiennes au départ de Dundee. Il rallie les F.N.F.L. dès le 3 juillet 1940. Le 5 septembre 1940, il reprend ses opérations et accomplit vingt-quatre missions de guerre jusqu'en décembre 1944. A l'issue de sa dernière mission il est remis en état et quitte l’Angleterre en juin 1945 pour rejoindre Oran.
Au cours de la guerre, en vingt-huit missions, il a détruit un tonnage ennemi supérieur à celui coulé par tous les autres sous-marins français. Il a mouillé 683 mines, coulant 22 navires. 70% de l'équipage a fait toute la guerre à bord du Rubis, fait unique dans la Marine nationale. Placé en réserve le 1er juillet 1948, il sert alors pour l'instruction des sous-mariniers. Il est condamné le 4 octobre 1949 mais échappe aux chalumeaux des démolisseurs. En effet, il est coulé le 31 janvier 1958 au large du cap Camarat et repose par 41 mètres de fond sur sa quille. Il sert depuis de base ASDIC pour l’entraînement de la Marine et le plaisir des plongeurs.
Alain