jeudi 4 août 2011

VOC, la plus grande compagnie vers l'Asie au 17-18e siècle



A Amsterdam, décoration de façade de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC)

La Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC), la compagnie unie des Indes orientales est une société d’actionnaires fondée en 1602 grâce à l’obtention d’un monopole octroyé par le gouvernement des Pays-Bas pour toute activité coloniale en Asie. Ce fut la seconde multinationale jamais créée (deux ans seulement après la British East India Company) et également la seconde société par actions. Elle possédait grâce à ce monopole des pouvoirs quasi souverains dans son domaine colonial, droit de guerre, d’emprisonnement et d’exécution, négociation de traités, émission de monnaie…

Entre 1602 et 1796, la VOC a envoyé près d’un million d’Européens sur 4785 bateaux pour travailler au commerce asiatique et traiter plus de 2,5 millions de tonnes de produits asiatiques, ce qui la laisse sans rival pour cette période. Son second, la British East India Company n’envoyant que 2690 bateaux pour un cinquième du tonnage de la VOC. La compagnie hollandaise tira des profits immenses du commerce des épices avec les îles qui composent l’actuelle Indonésie pendant le 17e siècle. Elle installa son siège dans la port de Batavia (Jakarta) pendant que se développaient de nombreux comptoir dans tout l’archipel. Affaiblie par la concurrence anglaise et portugaise dans le domaine des épices et, malheureusement minée par la corruption de ses dirigeants, la Vereenigde Oost-Indische Compagnie fait faillite en 1798 et est formellement dissoute en 1800. Ses territoires sont repris par le gouvernement hollandais de la république batave, devenant les Indes orientales hollandaises, ancêtre de l’Indonésie.


Voir sur ce blog, la réplique du trois-mâts Amsterdam de la VOC. (photos agence Adhémar)
Quatre autres voiliers de la VOC ont été reconstitués, Batavia, Duyfken, Halve Maen, Prins Willem.