lundi 4 juillet 2011

L'épave du croiseur Primauguet...suite.

Pour la bonne compréhension,voici le plan des épaves dans le port de Casablanca, après l'opération Torch au soir du 8 novembre 1942, l'épave du Primauguet se trouve à droite près de la jetée transversale.

Une vue aérienne récente du port de Casablanca, on voit qu'un grand terre- plein a été gagné sur la mer;au milieu de ce terre- plein à droite, l'espèce de lac rectangulaire est l'emplacement de l'épave du Primauguet.
Comme suite à mon article sur le renflouement de l'épave du croiseur Primauguet, sur la foi d'une information trouvée sur internet, mais intrigué par le fait que cette affaire ressorte presque 70 ans après le naufrage, j'ai voulu en savoir plus sur cette épave; et je vous livre le résultat de mes recherches.
Le 9 mai 1951 l'administration française des Domaines a mis en vente les restes du croiseur; il semble que les superstructures aient été arasées à ce moment la; seule subsiste la partie submergée de la coque.
Dans un article intitulé" Ignorance,Epaves et Ports du Maroc", Monsieur Najib Cherfaoui, Ingénieur des Ponts et Chaussées, expert maritime, donne une réponse à mes interrogations. Voici quelques extraits de son article, relatifs à l'épave du Primauguet .
L'épave se trouve à 150 mètres du trait de cote par des fonds de 4 mètres.
Les responsables du port de Casablanca croient" naïvement" selon Monsieur Cherfaoui, qu'il s'agit "d'un bateau plein de munitions",d'où cette épave qui va pendant 60 ans contrarier le développement du port.
Un terminal est construit de 1991 à 1997 sur un terre plein, qui englobe l'épave du Primauguet; mais craignant toujours de toucher celle ci, l'épave est laissée dans un "étang intouchable de 10 ha" au milieu du terre plein .
Cette" tombe" comme l'appelle Monsieur Cherfaoui, n'aurait été comblée qu'en 2008.
Ne me demandez pas pourquoi cette affaire, ressort en 2011, il est bien évident que ces assertions n'engagent que Monsieur Cherfaoui.
Alain