mardi 19 avril 2011

Les paquebots Flandre de la Transat

Le paquebot Flandre, construit par les chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire, a été lancé le 31 octobre 1913 pour le compte de la Compagnie générale transatlantique. Sa première carrière "civile" est très courte puisqu'il effectue son voyage inaugural à destination de Vera Cruz (Mexique) le 21 mai 1914 mais est mobilisé comme navire auxiliaire le 4 août de la même année. Dès le 6, il est en patrouille dans l'ouest de la Manche pour protéger l'acheminement du corps expéditionnaire anglais vers notre pays. Cette première mission prendra fin le 21 août…
… Il lui faudra attendre le 13 janvier 1917 pour être de nouveau réquisitionné, mais cette fois pour le transport sanitaire. Il restera inscrit sur la liste des navires-hôpitaux jusqu'à l'Armistice. Il sera aménagé à Penhoët pour recevoir 35 grands blessés dans le salon, 80 dans les salles à manger de première et seconde classes et 70 sur le pont promenade. Le fumoir de seconde classe et la salle à manger de troisième sont affectés aux contagieux (une vingtaine de places). Blessés légers et malades ordinaires sont répartis dans les locaux de luxe et de première classe (220 places), les secondes (40), les troisièmes (70) et les locaux d'émigrants (280). Le navire, basé à Lorient, est commandé par le capitaine au long-cours Boissson, la cinquantaine d'infirmiers est sous les ordres du médecin principal Barrau. Le 24 mars 1917, il quitte Saint-Nazaire et arrive à Oran pour y charbonner quatre jours plus tard. Il se dirige ensuite vers la Méditerranée orientale en soutien de l'armée d'Orient et des troupes serbes. Il effectue des trajets entre Salonique et Toulon et escale à Corfou, Bizerte et Bône.
Le 20 mai 1917, il est abordé par accident par le vapeur portugais Madeira à Milo et il doit subir des réparations à La Seyne sur Mer. En juillet 1918, il est commandé par Marius Amic.
A l'armistice, il reste en service pour rapatrier Français et Serbes. Le 18 décembre 1918, à Corfou, c'est le croiseur cuirassé Victor Hugo qui lui cause des dégâts, réparés ensuite à Toulon.
Pour rapatrier des troupes sénégalaises, il entreprend un voyage du 15 au 26 février 1919, de Marseille à Dakar. Avant d'être rendu à la CGT fin juillet 1919, il effectuera un dernier voyage à Bizerte et Alger pour rapatrier sur Marseille des soldats démobilisés ainsi qu'une délégation qui doit participer aux fêtes de la Victoire. (Source Les Navires-hôpitaux français au XXe siècle de Gilles Barnichon)


Flandre est de retour sur la ligne du Mexique en 1919 puis est affecté à la ligne de Colon (à l'entrée du canal de Panama). En 1933, est transformé pour la chauffe au mazout. En 1935, est placé sur la ligne de Saint-Nazaire et Bordeaux aux Antilles et à la Côte ferme, qu’il desservira jusqu’en 1939.
En avril 1940, il transporte des troupes pendant l’expédition de Norvège.
Après la défaite, il est réquisitionné par les Allemands en vue de l'invasion de l’Angleterre. Le 14 septembre 1940, il heurte une mine magnétique dans l’embouchure de la Gironde et coule.

Flandre II (1952-1995) de la Compagnie générale transatlantique (CGT)
Sister-ship d’Antilles, il est affecté à la ligne Le Havre-Southampton-New York en remplacement du paquebot De Grasse jusqu’à l’entrée en service de France en 1962. Repeint en blanc, il servira sur la ligne des Antilles et de l’Amérique centrale. Il est vendu à Costa fin 1967. Voir notre blog.