mercredi 10 novembre 2010

1936 Navires à Landevennec

Landévennec en 1936 (collection Alain V)

Il est des périodes ou, de nouvelles générations de navires remplaçant les anciennes, il faut faire de la place dans les ports de guerre. D'autre part, lorsque beaucoup de navires entrent en service en peu de temps, il est nécessaire de désarmer les navires les plus anciens pour libérer des marins, pour former des équipages pour les nouvelles unités, sans gonfler de manière démesurée les effectifs de la marine.
En 1936, un grand nombre de constructions neuves issues du plan naval remplacent les navires des programmes d'avant la Première Guerre mondiale, ceux incorporés au cours de celle-ci, et ceux cédés par les Allemands au titre des réparations à l'issue du conflit et qui arrivent à bout de bord en même temps, d'où l'affluence de vieilles coques sur le site de Landévennec, (pour l'historique du site de Landévennec voir le blog Adhémar).
Sur la photo de Landévennec prise à cette époque; on distingue entre autres, en partant du premier plan; l'avant du cuirassé Diderot du type Danton déclassé en 1936, contre son bord un aviso, puis deux torpilleurs du type Arabe construits en 1917 au japon, ensuite le croiseur Strasbourg ex Regensburg allemand incorporé en 1920, au titre des réparations et déclassé en 1936, avec trois torpilleurs du type Arabe à couple, devant lui, dans le virage, le croiseur cuirassé Waldeck Rousseau désarmé lui aussi en 1936, puis le cuirassé Voltaire du type Danton désarmé en 1935, ensuite un croiseur cuirassé, et enfin le croiseur Metz ex-Konigsberg allemand incorporé lui aussi en 1920. Ainsi que quantité d'autres qu'il n'est pas possible d'identifier, dont des avisos et des sous-marins.
Les premiers à disparaître seront les torpilleurs du type Arabe démolis en 1936/37 ainsi que le croiseur Metz; le cuirassé Voltaire sera amené en 1936 devant la presqu'ile de Rhuys dans le Morbihan et échoué sur le plateau de la Recherche pour servir de cible aux exercices de tir de la marine. En 1948, ce qui en restait sera démoli sur place. Le cuirassé Diderot sera démoli en 1938 à Brest.
Le croiseur Strasbourg sera amené à Lorient en 1939 et sera coulé par les Allemands devant la base sous-marine qu'ils construisent à Keroman en 1940, avec des mâts supportant des filets pour protéger les U- boots d'une éventuelle attaque. Les restes de ce navire sont encore visibles de nos jours devant la base. Enfin le croiseur cuirassé Waldeck Rousseau, restera à Landévennec jusqu'à la guerre et il sera démoli au cours de celle-ci, en 1944.

Alain