jeudi 7 octobre 2010

Sortie du Havre de La Touques, navire à vapeur et roues à aubes

La liaison maritime entre Le Havre et la Basse-Normandie est très ancienne. Sans doute même avant la création de la grande ville normande, des embarcations sillonnaient l'estuaire. Bien avant l'aventure transatlantique, la ligne principale vers Honfleur est à l'origine de la tradition du transport de passagers au Havre. Le trafic concernait aussi les fruits et légumes et la volaille produits en quantité dans l'arrière-pays de la rive gauche de la Seine. C'est en 1565 qu'est instauré un premier service régulier entre Le Havre et Honfleur. En 1686, l'hôpital du Havre se verra concéder le privilège d'armer les bateaux de passagers, exploitation qu'il continuera jusqu'en 1975. L'arrivée de la vapeur permet le développement rapide du grand cabotage jusqu'à Nantes et Bordeaux, faisant peu à peu passer au second plan l'exploitation trans-estuaire.

Sortie du Havre de La Touques, navire à vapeur et roues à aubes de la ligne de Trouville
La Touques, navire à vapeur et roues à aubes de la fin du XIXe siècle a été construit à La Seyne sur Mer. Il servait sur la ligne de Basse-Normandie.
Depuis la découverte du site en 1825 par le peintre de marines Charles Mozin, Trouville s'était imposée comme un des hauts lieux de villégiature. Le décret impérial du 25 juin 1860 autorisa le démarrage des grands chantiers: rectification du cours de la Touques, construction d'un pont sur la rivière, aménagement d’une ligne de chemin de fer et percement d’un bassin à flot.
Dès 1860, Donon et Olliffe avaient cédé au domaine les terrains nécessaires à la construction d’un avant-port éclusé et d’un bassin à flot. Ces aménagements portuaires devaient compléter les deux jetées aménagées entre 1846 et 1849 à l'initiative de la municipalité de Trouville pour fixer le chenal et faciliter l'accès à son port d'échouage. Large de 80 mètres, long de 300 mètres et disposant d'une cale de débarquement, le bassin à flot fut inauguré le 1er août 1866 et relié, cette même année, à la ligne de chemin de fer par un embranchement ferroviaire. La « presqu'île de la Touques », espace compris entre le bassin à flot et la rivière, fut alors investie par des usines spécialisées dans le traitement de la houille et du bois importés d'Angleterre et des pays du Nord.