mercredi 10 mars 2010

Combat de 1941 entre le croiseur auxiliaire Kormoran et le cuirassé léger HMAS Sydney

Kormoran (ex-cargo Steiermark)
HMAS Sydney

Dans un précédent article à propos du Centaur, nous avions évoqué le combat entre le croiseur auxiliaire Kormoran et le cuirassé léger HMAS Sydney. Il est intéressant de revenir sur cette affaire, un des rares cas, sinon le seul, d'un ancien cargo transformé en croiseur auxiliaire (ceux-ci ont souvent fait par ailleurs des hécatombes de navires de transport) parvenant à couler un croiseur de guerre.
Le croiseur auxiliaire allemand Kormoran, un ancien cargo, réussit à surprendre et couler le croiseur léger australien HMAS Sydney. Les responsables politiques et militaires se sont longtemps interroger sur ce mystère du David terrassant le Goliath jusqu'à il y a une dizaine d'année quand une commission d'enquête a admis que c'était la suffisance d'un commandant de croiseur persuadé de sa supériorité qui était à l'origine de cette défaite inattendue.
Le croiseur léger HMAS Sydney (un fleuron de la marine royale australienne) commandé par le capitaine Joseph Burnett, et le croiseur auxiliaire Kormoran (commandant Theodor Detmers) se sont affronté une demi-heure au large des côtes ouest-australiennes en fin d'après-midi du 19 novembre 1941. Piètre consolation pour le vaincu, Kormoran allait lui-aussi couler peu après, ses 318 survivants (sur un équipage de 399) furent récupérer par des cargos ou échouèrent leurs bateaux sur la côte australienne. Aucune trace en revanche des 645 membres de l'équipage du croiseur léger. Ce fut la plus importante perte de la Royal Australian Navy et la plus importante pour les Alliés dans la Seconde Guerre mondiale. Les épaves ne furent découvertes qu'en 2008.
A travers les nombreux livres écrits sur le sujet et les témoignages des rescapés allemands, il semble que le croiseur léger se soit approché trop près du raider allemand, négligeant d'user de sa supériorité en armement et qu'il fut soumis à des tirs de canons et aux torpilles du cargo qui s'était alors découvert comme un croiseur auxiliaire puissamment armé. Comme dans toute affaire de ce genre, les théories les plus farfelues courent sur ce combat. Les survivants australiens auraient été massacrés afin d'éviter qu'ils puissent témoigner de la présence d'autres navires.