mercredi 28 mai 2008

Capitaine Paul-Lemerle

Le Capitaine Paul-Lemerle en 1945, toujours équipé de ses canons. (source La Société générale des transports maritimes d’Alain Croce, éditions MDV)

Daniel Hillion a écrit quelque part, qu’il en était des bateaux comme des hommes, certains, pourtant brillants, se traînent dans une vie sans histoires, d’autres, d’apparence plus modestes, sont promis à un fabuleux destin.
Il en est ainsi du cargo Capitaine Paul-Lemerle qui eut le douteux privilège d’accueillir à son bord quelques belles figures de l’intelligentsia européenne.

«Atteint par le Statut des Juifs et détenteur d’une invitation à enseigner à New York, Claude Lévi-Strauss réussit, après bien des péripéties, à s’embarquer en mars 1941 de Marseille sur un navire de la même Compagnie des Transports Maritimes dont il avait, quelques années auparavant, utilisé les services. Mais à bord du Capitaine Paul-Lemerle, changement de décor : 350 personnes entassées et un "départ de forçats" encadré par des gardes mobiles casqués. »
Emmanuelle
Loyer dans Paris à New York Intellectuels et artistes français en exil (1940-1947) publié au PUF.

Le Capitaine Paul Lemerle à Marseille

Autres « invités » à bord.
« En janvier et février 1941, Wilfredo Lam illustre le poème de Breton Fata Morgana, qui est censuré par le gouvernement de Vichy. Le 25 mars, Lam et Helena Holzer s’embarquent à bord du Capitaine Paul Lemerle en compagnie de 300 autres artistes et intellectuels en direction de la Martinique. André Breton et Claude Lévi-Strauss sont du voyage. À leur arrivée, les passagers sont détenus aux Trois Îles. »

Groupe de réfugiés européens pris en charge par the Emergency Rescue Committee à bord du Capitaine Paul-Lemerle, un cargo réquisitionné pour les transporter de Marseille à la Martinique.
Sur la photo : Ernst Rossmann, Karl Heidenreich, Dyno Lowenstein, Katrin Kirschmann, Emil Kirschmann, et Peter Grassmann. (Credit: USHMM, courtesy of Dyno Lowenstein)

mardi 27 mai 2008

"Amiral Exelmans"

Sur le Rhin, à Strasbourg, se trouve le bateau de l’Armée de Terre Amiral Exelmans :


Pour plus de renseignements sur ce bateau, voir icihttp://servir-et-defendre.com/viewtopic.php?f=122&t=1861

lundi 26 mai 2008

Lac des Quatre Cantons

Nous avions évoqué il y a quelque temps la flotte historique du lac Léman. Nous vous proposons aujourd'hui de découvrir des clichés des bateaux du lac des Quatre Cantons, autre grand lac suisse.

D’abord, le Schiller, construit en 1906, toujours en service, amarré à Lucerne :


Puis, un autre vapeur historique, Uri, construit en 1901 :


et des clichés de ses aménagements intérieurs :



et de sa machine telle qu’elle est visible du pont principal :


De construction beaucoup plus récente, Weggis :


et un cliché montrant le chantier de la compagnie de Navigation du Lac des Quatre Cantons, à Lucerne :

Pour finir, voici, sur la partie sud du lac, un haut-lieu de l’histoire helvétique : la prairie du Grütli sur laquelle se réunirent les envoyés des trois cantons fondateurs (Uri, Schwyz et Nydwald) en 1291. C’est, pour les historiens, le lieu de la fondation de de la Confédération Helvétique.



Fécamp, port de mer, et qui entend le rester

Quand Charles de Gaulle est venu à Fécamp, j’étais très très jeune. C’est donc sur les épaules de mon père (je m’en souviens) que j’ai dû entendre son célèbre discours (je n'en ai aucun souvenir) qui commençait par la désormais célèbre tautologie « Je salue Fécamp, port de mer, et qui entend le rester… ».
Je suppose que le général voulait signifier par là que la vocation du port de pêche ne se démentirait jamais. A moins qu’il ait pensé que Fécamp pouvait remonter les quatorze kilomètres de la Valmont pour devenir port fluvial !
Trève de plaisanterie, l’ancienne capitale de la morue fraîche n’est plus ce qu’elle était et, comme partout, la pêche a laissé ses mouillages aux plaisanciers. Il est loin le temps où nous traversions le bassin Bérigny dans sa largeur en sautant de bord à bord, non sans nous faire copieusement houspiller par les marins !
Voilà ce qu’est maintenant le bassin.

Les anciennes sècheries (au fond) devraient, un jour, abriter le nouveau musée des terre-neuvas.

Le bassin Bérigny, contrairement à l’avant-port n’est que partiellement colonisé par les plaisanciers.

Bel outil * (FC 276205). Inutile de préciser quel est le Bel outil mais le chalutier Ailly** (FC 276205) ne manque pas de charme pour un vieux Fécampois.
* Fileyeur de 25 mètres, deux moteurs volvo de 500 cv chacun ( mais ils sont bridés ) patron Jean-Paul Candelier , pratique essentiellement la pêche à la sole sur les côtes belges et hollandaises, un peu sur Dunkerque et Dieppe.
**Construit en 1974, Atelier de Montois de Bretagne longueur : 16,50 mètres. Anciennement Les Vikings de Saint-Nazaire et Kanatel de Concarneau. (Source Bout menteux, forum fécampois).

Les drapeaux semblent vouloir dissimuler l’envahissement !

Mais mettent en valeur Marlin II


Maximum (FC 707900), chalutier de 16,75 mètres, construit en 1988 (source Bateaux de pêche des côtes de France).
Scaramouche, chalutier de 14, 77 mètres, armement Eddy Lecointe (source Sextan.com).

Nettoyage après le retour de pêche.


Le trémailleur Jacophe (FC 506973) de Saint-Valery en Caux. (construit en 1983). Il vend la plupart de sa pêche sur le quai. (source Bout Menteux)

Le bassin Bérigny abrite également plusieurs réhabilitations de bateaux anciens, supports de projets éducatifs ou/et touristiques.

Le langoustier Tante Fine (diminutif de tante Joséphine), a été construit en 1960 à Plouhinec (Bretagne). Il a pêché le long des côtes de Mauritanie et dans le golfe de Gascogne jusqu’en 1986.
Il était dans un piteux état quand l’association A.F.D.A.M. (aujourd’hui I.S.M.M./A.F.D.A.M.) de Fécamp en a fait l’acquisition en 1991.
Le chantier local s’est mis immédiatement au travail pour rendre au voilier ses formes et sa gloire d'antan. Plus de 8 000 heures de travail ont été nécessaires pour le remettre en état !
Actuellement, Tante Fine ouvre pour des projets de réinsertion et de rééducation par la voile tout en faisant la promotion du tourisme fécampois. (source Ami des grands voiliers)

Le Michel-et-Patrick est l’un des ultimes représentants des malamoks, bateau de pêche artisanal polyvalent dont l’origine remonte aux années 1930 et qui furent construits jusque dans les années 1970. Parti du Pays bigouden, le type inspira de nombreux chantiers navals de Cornouaille puis d’une bonne partie du littoral atlantique. Si ces navires étaient surtout des chalutiers pêchant la langoustine, il y eut aussi des fileyeurs, caseyeurs, ligneurs et palangriers. Ils utilisaient le moteur comme propulsion principale avec, éventuellement, des voiles d'appoint. Le Michel-et-Patrick a été construit en 1962 à Lesconil. Il fut désarmé de la pêche fin 1988. A la fin des années 1990, le navire est confié, par un bail de longue durée, à l’association fécampoise ISMM-AFDAM -Voiles de l’espoir (Association d’insertion de jeunes et d’adultes en grande difficulté sociale).
Pour plus d’informations et de détails sur le chantier de restauration, lire l’excellent et très complet article de Philippe Malpertu sur son site Bateaux de pêche.


En revanche, je ne sais pas ce que sont ces deux plates «rastas» du plus bel effet.
Réponse d'André Debris (28 mai 2008) : Pour ce qui est des doris " rasta ", ils sont l’œuvre de l’association " Les voiles de l’espoir " comme la Tante fine, le Michel & Patrick et le Gosset qui est en cours de rénovation. Avez-vous parcouru les diaporamas qui montre la reconstruction de ces bateaux dans la colonne de gauche de mon blog : http://chalutier.canalblog.com


Professeur-Gosset a été construit aux chantiers Lemaitre en 1935 pour l’association des Pilotes de Fécamp dirigée par M. Terrier. En juin 1940, il participe à l’évacuation de plusieurs personnes. Réquisitionné par la marine allemande, il navigue à Boulogne jusqu’en 1944 où il est coulé dans le port. Il est renfloué et repris pour la pêche puis abandonné de nombreuses années. Il a été retrouvé par Daniel Billiaux qui l’a rapatrié à Fécamp.
L’I.S.M.M./A.F.D.A.M. a signé une convention avec l’association Côtre-pilote Professeur-Gosset pour la remise en état de celui-ci. Un chantier a été ouvert au bout du bassin Bérigny (terrain de la mâture).
Source Amis du Vieux Fécamp.

Caïque Vierge-de-Lourdes. Bateau typique des pêcheurs yportais, construit dans les chantiers Jouen-Fiquet quai Sadi-Carnot à Fécamp pour la famille Ebran d’Yport, il a été lancé en 1949. Armé à la pêche jusqu’en 1971. En 1992, Luc Prouveur crée une association pour sauvegarder ce patrimoine. Elle assure sa remise en son état d’origine.

Et, pour terminer, les voiliers du bassin Berigny qui m’ont donné prétexte à parler de ma ville !

vendredi 23 mai 2008

Méditerranée, mer dangereuse

Paquebot de la série Moïse, CGT Marseille Juin 1880. Échelle 1/425e.
Premier état du navire avec gréements auxiliaire. Les chaudières seront changées quelque huit ans plus tard, les vergues enlevées, mais les focs conservés.
Destiné au service postal en Méditerranée qu’inaugurait la CGT. Une douzaine de paquebots, remarquables pour leur luxe et leur modernité, rares à l’époque, seront mis en service.
Curiosité de cette maquette : sur le socle est écrit «La plus ancienne Cie d’assurance maritime le LLoyds classe la Méditerranée mer dangereuse». D’où des creux de vagues de près de quatre mètres représentés sur le support de la maquette !

Source : J.-C. Ventre, club de modélisme Mandréen, Hôtel de ville, 83430 Saint-Mandrier.

mercredi 21 mai 2008

Voiliers de travail

Notre ami Alain Clouet vient de publier Voiliers de travail aux Editions La Découvrance.

Après de longues et minutieuses recherches dans les archives et publications anciennes et une carrière professionnelle consacrée à la marine, Alain Clouet dresse, dans cet ouvrage, un inventaire des bateaux à voiles et à rames et de leurs caractéristiques à travers les siècles et les océans. Plus de 2 500 voiliers sont ainsi référencés.
Alain Clouet, officier de la Marine nationale, a, au hasard de ses affectations, côtoyé divers domaines du monde maritime. Il quitte le service actif pour entrer dans la construction et la réparation navales. Durant ses loisirs, il pratiqua la course-croisière. Membre de la Société française d’Histoire maritime, il collabore à plusieurs revues.

mardi 20 mai 2008

A l’abordage

Comme au temps de Jean Bart
Le supplément illustré du Petit Journal du dimanche 5 décembre 1915 met à sa «une» un dessin d’abordage du plus bel effet.
C’est dans la mer Egée qu’un aviso français s’est emparé d’un transport de guerre turc rempli de troupe et bondé de munitions.
L’embarcation de reconnaissance avait à son bord un enseigne et trois hommes. Dès que l’officier se rendit compte des visées belliqueuses des Turques, il monta à l’assaut avec deux hommes. Ce qui estomaqua la troupe tassée au fond du transport. Seul, le lieutenant Loufti Bey essaya d’abord de se défendre mais il fut désarmé par l’enseigne avant d'avoir pu décharger son arme.
Très vite l’aviso vint en appui en hâlant le bateau puis en faisant monter huit hommes à l'abordage.
L’opération se fit avec une telle hardiesse que l’on ne compta qu’un seul blessé (côté français sans doute car l’on ne parle pas des Turcs dans l’article).
Le voilier turc, complètement vidé, fut coulé à coups de canon.
(Rappelons à nos jeunes lecteurs que pendant la Première Guerre mondiale, les Français et leurs alliés se battaient sur le front d’Orient et que les Turcs étaient alliés aux Allemands.)

lundi 19 mai 2008

Voiles de légende est maintenant disponible dans toutes les librairies


Voiles de légende, le dernier livre de Gérard Fournier, longtemps attendu, est maintenant disponible dans tous les points de vente. Les textes de christian Mouquet, très bien documentés, racontent l'histoire souvent mouvementée de ces grands voiliers réhabilités par la volonté de passionnés et que l'on peut maintenant admirer dans de grandes rencontres comme celle de Saint-Tropez. 
Nous rappelons à nos confrères libraires que MDV Maîtres du Vent est maitenant distribué et diffusé par Coop Breizh Kerangwenn | 29540 Spézet/Speied | Tél. 02 98 93 83 14 Fax. 02 98 93 87 97 |. Nous vous rappelons également que vous pouvez télécharger notre catalogue 2008, présentant nos nouveautés à paraître, au format PDF sur www.editions-mdv.com/catalogue.html

Voici quelques pages de Voiles de légende.
Pour commencer, les célèbres Classe J
Pour suivre, quelques classes métriques.

Et, pour finir, cet aperçu de Voiles de légende, quelques pages consacrées aux goélettes et cotres, dont le légendaire Pen Duick de Tabarly que notre auteur a photographié en voisin.



dimanche 11 mai 2008

Blues à Saint-Tropez

Je n’étais pas revenu à Saint-Tropez depuis une trentaine d’années. Si ce petit port n’a rien perdu de son charme, surtout hors saison, il est très difficile de trouver beau son bassin encombré de cruisers gigantesques qui parviennent à cacher les façades des maisons. C’est d’autant plus déprimant que ces monstruosités sont collées bord à bord et aux quais et ne semblent avoir pour seule utilité que de nous gâcher le paysage ou de permettre à leurs propriétaires de s’exhiber. De temps à autre, dans une trouée, on découvre un beau voilier. Ainsi de ce Moonbeam of Fife (Moonbeam III) auquel son port d’attache n’a laissé que peu de place.
Difficile dans ces conditions de prendre une photo qui rendrait justice à l’élégance des lignes de ce vieux Fife.
Par chance, vous pouvez retrouver ce voilier dans toute sa splendeur (et bien d'autres) dans le livre Voiles de légende de Gérard Fournier que viennent de publier les éditions MDV Maîtres du Vent.

Moobeam III engoncé, entre deux bateaux de «m’as-tu-vu».


Ci-dessous, Moobeam III libéré, photographié par Gérard Fournier pendant la Nioulargue de 2007. Cette photo, et deux cents autres, figurent dans Voiles de légende qui vient de sortir (voir notre catalogue).