samedi 9 février 2008

La moitié de la ferraille du Blue Lady serait traitée en contrebande

Sur le blog de veille médiatique MediaVigil, malheureusement en anglais, une excellent article, citant un rapport du renseignement naval indien, dévoile les magouilles qui entoureraient le traitement des épaves (dead ships). Elles mettent à profit les failles des conventions internationales qui dans leur rigidité, pousse les compagnies maritimes sur des voies sans retour.
Ici, il s'agit du France-Norway-Blue Lady, qui renvoyé de port en port à cause de ces règles trop strictes – relayées par des médias trop prompts à condamner –, se retrouve ensablé dans la plage d'Alang, sa dernière sépulture. Sa démolition discrète verrait partir la moitié de la ferraille dans des circuits de contrebande. Alang est devenu un terreau pour toutes les mafias indo-asiatiques.
53 navires seraient actuellement dans les mêmes conditions d'illégalité à Alang (le plus grand chantier de démolition d'Asie), en contradiction flagrante des décisions de la Haute cour indienne.